Née en janvier 2016, MyLittleAdventure offre aux professionnels du tourisme l’occasion d’engranger des revenus supplémentaires grâce à son moteur de recommandation d’activités. Un outil technologique qui s’intègre autant au secteur des loisirs qu’à celui des voyageurs d’affaire. Explications.

My little adventure

Si MyLittleAdventure travaille aujourd’hui uniquement avec des professionnels dans un modèle BtoB, l’ambition initiale de Valéry Bernard, fondateur et actuel CEO de la start-up, était tout autre. « C’est un cherchant des activités à faire le week-end avec mes enfants que m’est venue l’idée d’un moteur de recommandation d’activités » explique-t-il depuis la technopole Sophia Antipolis (Alpes Maritime) où siège aujourd’hui sa jeune compagnie. Ingénieur de formation, passé par les entreprises Amadeus, Air France ou encore Absylen, Valéry Bernard pense d’abord vendre son produit aux consommateurs avant de changer rapidement d’objectif : « Le problème du BtoC, c’est qu’il est très hasardeux. On ne sait jamais comment un produit ou un service va pouvoir prendre auprès d’une cible. En réfléchissant du côté de la chaîne du voyage, on s’est dit que nous avions quelque chose à apporter aux acteurs du loisir.»

Le machine learning au service de la recommandation client

Concrètement, MyLittleAdventure est une solution que les professionnels du tourisme peuvent intégrer dans leur dispositif digital (site web, e-mailing…) au moment d’un processus de réservation. Elle permet de monétiser l’audience voyageur à travers la proposition d’activités en lien avec la destination et le contexte de voyage – s’il est connu – via du machine learning. A l’image d’Amazon qui recommande des produits en se basant sur l’expérience d’autres utilisateurs. Le cas échéant, c’est à travers les réseaux sociaux et son propre catalogue que MyLittleAdventure met en avant des lieux et des activités. Les restaurants, absents au départ, sont désormais intégrés parmi les recommandations.

http://mylittleadventure.com/

MyLittleAdventure vend aujourd’hui son service à des grandes chaînes d’hôtels, des compagnies aériennes ou des agences de voyage. La start-up a aussi récemment signé un contrat avec Carlson Wagonlit Travel (CWT), numéro deux mondial du voyage d’affaire. Au-delà des recettes financière – une commission est partagée lors de la vente d’une activité – les recommandations de MyLittleAdventure donne l’occasion aux acteurs du tourisme de fidéliser leur clientèle en lui proposant des loisirs au plus proche de ses goûts.

Le succès de l’entreprise un an à peine après son lancement confirme l’impact phénoménal et croissant des algorithmes dans le secteur du tourisme.