Eelway soulage les voyageurs de leurs bagages en inventant la conciergerie mobile

Toute jeune start-up – elle est née en 2016 – Eelway réinvente le service de conciergerie en y ajoutant une dose de mobilité. Comment ? En assurant à la fois le stockage et le transfert des bagages des voyageurs. Une expérience simple et personnalisée accessible à tous pour enfin se déplacer les mains libres ! Chez Wombee, on a souhaité en savoir plus sur le fonctionnement de cette petite entreprise aux grandes ambitions capable d’offrir une valeur ajoutée au travail des hôteliers. Rencontre avec Benjamin Beres, son business developer.

Eelway

En détails, comment fonctionne Eelway ?

Benjamin Beres : Nous avons commencé par nous adresser aux particuliers, essentiellement une clientèle touristique, dans un modèle BtoC. Concrètement, nos concierges – vêtus d’un sweatshirt jaune pour qu’on les reconnaisse - retrouvent les voyageurs sur leur lieu d’arrivée. Ils prennent leurs bagages et les confient à un transporteur partenaire qui va les stocker plusieurs heures ou jours suivant la demande. Nos concierges les récupèrent ensuite pour les transmettre aux voyageurs, dans l’hôtel où ils séjournent par exemple.

Vous vous adressez aussi à une clientèle orientée business. ?

Oui. Nous avons réalisé que notre service pouvait également s’avérer pertinent pour les voyageurs d’affaire. Ils sont souvent encombrés par leur valise dans le cadre de déplacements. Or nous pouvons leur faire gagner du temps pour qu’ils se rendent à leurs rendez-vous sans être ralentis par ces bagages. Pour toucher cette cible, nous travaillons à la mise en place de partenariats avec des MICE [acronyme de Meetings, Incentive, Convention & Events, ndr] qui sont des organisateurs d’événements ou des comités d’entreprise. Nous avons déjà signé un partenariat avec Viparis, une société en charge de l’organisation de très gros événements à Paris comme le Salon du Tourisme ou le Salon de l’agriculture.

Eelway

Quels autres partenariats développez-vous ?

Nous négocions l’accès aux zones d’enregistrement des bagages avec les aéroports. Pour le moment, nous n’avons pas accès à ces zones. Le voyageur doit enregistrer et récupérer par lui-même sa valise à la montée ou à la descente d’avion. Mais bientôt nos clients n’auront même plus à toucher leur valise avant leur arrivée à destination ! Nous allons mener un test prochainement à l’aéroport de Lyon, Grenoble ou Chambéry pour développer ce nouveau service.

Nous avons aussi de multiples partenariats avec des chaînes hôtelières comme Accor ou Ibis et des indépendants. On leur propose d’être des apporteurs d’affaires la plupart du temps. Mais chaque contrat est négocié indépendamment. Autrement dit, ils reçoivent une commission dès qu’une commande passe par leur réseau. Pour l’hôtelier c’est aussi une valeur ajoutée puisque notre service apporte du confort à ses clients.

Et combien facturez-vous votre service ?

Le transfert d’un bagage coûte 30€ et il faut compter 10€ par bagage supplémentaire. Après on ne fait pas varier les prix suivant la taille ou le poids. Cela peut aller du simple bagage à main à la planche de surf ! Par exemple, l’été dernier nous avons dû assurer la prise en charge du matériel de toute une équipe de Kayak.

Quels sont vos prochains objectifs ?

Nous enregistrons une croissance continue depuis la création d’Eelway. Nous allons nous déployer cette année dans d’autres villes françaises et si tout se passe bien, nous aborderons le marché européen en 2018. Nous allons aussi renforcer les partenariats avec les différents corps de métier dont j’ai déjà parlé pour continuer d’améliorer notre service.